Interview avec Low Bats

 Crédit photo : Yves Houtmann

Crédit photo : Yves Houtmann

Originaire de Lille, Low Bats est un quatuor qui nous a récemment impressionné avec son premier EP, “Seeking Love”. 

Ses textures rêveuses à tendance shoegazes enrobées dans une atmosphère sonore éthérée nous transportent dans un univers propice au voyage intérieur et à la plénitude. 

Le groupe, en constante évolution, nous explique son travail de recherche sonore avec la solide volonté de continuer à le faire évoluer, en laissant ainsi derrière lui, son passé sur Youtube. 

Nous avons pu interviewé Low Bats avant ses concerts à CCL (Lille) le 2 novembre et à Supersonic (Paris) le 9 novembre.

 

Pour démarrer cette interview, je vous demanderai de vous présenter à nos lecteurs. Quel est le rôle de chacun d'entre vous quatre au sein du groupe ?

Low Bats : Alors nous sommes 4 potes : Maximilien Neuts, à la guitare et au chant ( parfois ;-) ), Adrien Lengrand à la batterie (et surtout pas au chant !) , Julien Montois à la gratte et au chant lead, et enfin Greg Pomar à la basse (le bassiste toujours en dernier). 

 

Comment, où et quand vous êtes-vous rencontrés ?

Julien : Avec Adrien on est des potes d’enfance, on a eu des groupes pour draguer les lycéennes à base de Maroon 5 (rires). 

Ensuite, on a monté un groupe avec Mathieu Boitelle, un pote qui a eu une enfance malheureuse et qu’on a voulu sauver (rires).  

On faisait des maquettes en buvant du sky pour s’amuser jusqu’au jour où on s’est dit qu’on allait les jouer en live. Mais Mathieu est parti sur Bordeaux pour ses études.

Bref, le projet était en stand by, jusqu’au jour où j’ai rencontré Max, 7h du matin défoncé en soirée nous étions deux :  lui et moi en train de gratter. C’est là que le groupe est reparti.

Il nous fallait un bassiste et un batteur, et on a directement pensé à Adrien. Greg ? Nous l’avions rencontré sur un site échangiste. En fait c’est plus par le biais d’un autre copain musicien que nous avons rencontré Greg mais le réseau de musiciens c’est un peu comme un site échangiste, non ?

 

Comment créez-vous votre son ?

LB : À la base on composait tout sur Ableton Live mais désormais on compose quasi tout en répète et on vient par la suite maquetter , pour arranger les morceaux. Du coup on s’éclate plus vu qu’on fait plus de live !

 

Quelles sont vos influences ?

LB : Des groupes Lofi/Shoegaze/Dream Pop comme Lotus Plaza, Beach Fossils, Girls, Girls in Hawaii, Holydrug Couple, TRAAMS, Michel Sardou (rires)

 

Qu’est-ce qui vous inspire ?

LB : La drogue, les meufs et l’alcool. De temps en temps la misère et la pauvreté (mais vraiment c’est rare). (rires)

 

Que pensez-vous de la scène musicale à Lille ?

LB : C’est de plus en plus difficile pour répéter ou jouer sur Lille mais ça bouge quand même un minimum. On a quelques difficultés à s’exporter en revanche. On peut parler de TRANSMISSION et E.T ALOHA BOOKING qui gèrent bien la scène Lilloise et qu’on remercie pour leur implication en faisant venir de bon groupes internationaux indépendants. Et on a eu la chance de pouvoir les accompagner sur certaines dates. Plutôt classe quand tu fais la 1ère partie de Forever Pavot (Bon, OK c’est Français et c’était dans un autre cadre ) ou Tracy Briant.

 

Comment est-ce que vous avez enregistré votre premier EP, “Seeking Love” ? Où l'avez-vous l’enregistré ? Est-ce que vous êtes rentrés dans le studio avec les chansons déjà construites ?

LB : On a enregistré avec Alain au Studio 33 près de la Normandie. Un cadre bien sympa, une grange aménagée, isolée de toute pollution urbaine. Heureusement que nous étions un minimum préparés, car nous nous sommes aperçus que nous ne l’étions pas (rires) . Une bonne expérience pour notre 1er EP.

 

Quelles sont vos impressions de l’EP ? Avez-vous des moments/parties préférés de l’EP ?

LB : Un EP un peu trop sexy, trop smooth. On voulait un truc plus rock, mais le fond de notre âme de loveur s’est révélé au grand jour ;-)  “Cashback" fonctionne bien sur l’Ep, bien en live et qui est dans la lignée de ce que nous créons en ce moment.

 

Sur YouTube, on pourrait également trouver les chansons, “Do You Think I’m Mad?” et “Russian Drugs”, seront-ils disponibles sur un prochain EP ou encore album ?

LB : Ce n'est pas le projet à court terme, bien que nous ayons pensé à retravailler Russian Drugs. Mais en vérité chaque répète donne naissance à une nouvelle Impro/compo et on laisse le passé à YouTube.

Low Bats - "Do You Think I'm Mad?"

Dans vos chansons, vous chantez en anglais, c’était quelque chose d’intentionnel ? Vous voyez-vous écrire des paroles en français ?

LB : Pour écrire en Français il faut être un poète pour ne pas être ridicule, mais nous n’avons pas cette prétention. Du coup, on écrit en anglais, d’autant que notre courant musical se mêle plus aisément à l'anglais qui sonne parfois comme une nappe et c’est ce qu’on recherche.

Nous avons tout de même écrit une chanson en Français qui sortira Décembre !

 

Suite à votre EP, est-ce que vous avez commencé à écrire les prochaines chansons ? 

LB : Bien sûr, notre set en live ne comprend quasi que des nouvelles chansons, dans les prochains mois on va continuer à composer, le but étant de pouvoir dégager les meilleurs titres pour un album. 

Facebook

Seeking Love EP (YouTube)

Concert à Supersonic (gratuit)

 Crédit photo : Yves Houtmann

Crédit photo : Yves Houtmann