Son du jour - "Colère" par Astéréotypie

unnamed-3.jpg

“Ce qui me met en colère c’est quand les gens se moquent de moi” s'écrie Stanislas Carmont avant que la section rythmée post-punk et le jeu de guitare angulaire déboule pendant que le chanteur énumère ce qui l’agace.

Astéréotypie n’est pas un groupe de rock commun, il s'agit d'un collectif qui comprend quatre membres dont Stanislas, Yohann Goetzmann, Aurélien Lobjoit et Kévin Vaquero. Ils se sont rencontrés à un atelier d’écriture et de poésie à l’Institut médico-éducatif à l’extérieur de Paris. Tous les quatre ont une vingtaine d'année et sont atteints d'autisme. Ils expriment avec une sensibilité authentique et profonde leurs luttes, observations, souvenirs, obsessions et peurs à travers le récit de textes personnels, matures, mouvants et émouvants. 

“Colère” est un témoignage fort, qui remue le fond de notre coeur et de notre esprit. On ne peut décemment rester de marbre à l'écoute de cette vérité là. Etre différent, est ce une provocation à la "norme"? Est ce une insulte à ce que certains nomment la bienséance? Peut-être est ce difficile d'être face à quelqu'un qui ne porte pas de masque, une vérité brute, une vérité qui ne peut se cacher là où beaucoup se protègent derrière le masque de la représentation. 

Stanislas ne se retient pas quand il lâche ce qui l’énerve, spectateur de comportements et d'actions dont il ne digère pas ou plus le trop peu de bienveillance, il voit et ressent puissance 10 ceux et ce qui l'entourent et se sent impuissant.

Cette sensation d'être démuni face à ces situations injustes et restrictives dans sa vie quotidienne le font bouillir. A la différence de celui qui le regarde et le juge, lui ne peut jouer la comédie de l'être mais fait preuve en revanche, à l'écoute des autres titres de l'album, de beaucoup humour et de recul. 

A l'écoute de "Colère", on ressent ce sentiment qui vibre et monte crescendo jusqu'à jaillir et exploser, telle une libération de l'âme, soulagée de pouvoir exprimer sa lucidité intérieure, son ressenti à fleur de peau et sa pudeur contenus, qui n'en peuvent plus d'étouffer face à certains regards blessants, reflets d'un esprit grossier, dénués d'empathie et d'intelligence. 

A plusieurs reprises le chanteur s'écrie: “C’est ça, ce qui me met en colère” sur fond d’instrumentation frénétique et tremblante.

Le groupe a sorti un album autoproduit en 2012 avec des arrangements post-rock et cinématiques pour accompagner ses textes spoken word. “Colère”, le premier titre "single"de leur prochain album, “L’énergie positive des Dieux”, qui va sortir le 27 avril, donne à l’auditeur un avant-goût de l'avenir musical du collectif qui continue à faire de grands pas et se développer au niveau créatif, en partenariat avec les musiciens qui les supportent et mettent l’accent sur l’univers à la fois riche et sensible de ces quatre poètes, grâce à des arrangements éclectiques et travaillés.

Facebook

Astéréotypie - "Colère"

FRENCH, AV FRMarc Harvey